Le Bon Air, Nov-Dec 2011

Le Bon Air, Nov-Dec 2011

St. Barth Essential,
Benefactress by nature?!

Between Saint-Barthelemy, the Antilles and Paris, Hélène Bernier makes every effort …Supported by many members of his association, led by beautiful and necessary convictions, she struggles to preserve nature and maintain the culture of her island sheloves so much. Interview with the director of St. Barth Essential, woman of passion and action.

 

Helen, can you briefly tell us about your association?

H. Bernier : St. Barth Essential was founded in June 2009. Its mission is to defend,pass, developing historical interests, cultural, environmental and heritage of the islandof Saint Barthelemy through actions, events and various workshops and information.

We have six members and a few recurring 90 members who subscribe to our causeeach year and also provide us a hand.

I think of that deals with Sylvie website, Françoise who is responsible for drafting andlegal steps, to Natalie and Christine who are more invested in the book, Arlette helps us tremendously to the story (it is a treasure of information and an unchallenged),Jean-Philippe who knows convince people to support us and we contribute financiallyor logistically, otherwise nothing would be possible … I thank them, and members who make themselves available for specific actions commendable, for example at 4am for the land or 4am to clean the roadside of the island (most recently, the sixty peoplegathered on the ground allowed the collection of two tonnes of waste).

In 2009, did you think the association would take such a nice flight?

H. Bernier : No, we did not imagine the magnitude …

Initially I had just created a Facebook group in the idea of ​​showing the real St. Barts,that is to say his real soul (the traditional huts, the old stone walls, flora, fauna. ..).Residents and people who had stayed on the spot enough time to feel intimately connected to the island, are then hooked to publish their old photos, share their memories, their experiences …All this led us to organize video projections that we met at the outset some 400 peoplecame to discuss various themes. That’s why we were then contacted by the serviceoffice of the Community for a book / album lists these bits of happiness is edited. ThusSt. Barth Essentials was born.

Then, very quickly, our role has intensified: following deposits of large-scale real estate projects with the Community, we mobilized all our energy to safeguard ourisland. Strong support from all members of the association, petitions were signed, for Alleviating the designs of urban planning that would destroy the natural areas of the island. This step required us to inform us about the endemic species that was really necessary to save and so we initiated in the wake of the vast inventory program of thelocal flora and fauna in collaboration with leading scientists the National Museum ofNatural History in Paris.

What are the notable projects that have, or will, develop the reputation of your association?

H. Bernier : Thanks to the diligent and growing involvement of our members, most of our actionsare successful.

I wear special attention to the petition for the preservation of natural areas, which iscurrently our best effort. Indeed, despite legal obligations to petition the voters, the President of the Territorial Council has let things go. And it is only after an action before the Administrative Court argued that the situation in our favor …

I also filled one can develop, over the next three years, a working protocol with the best specialists of the Caribbean to achieve the realization of a strengthened annexesherbarium sheets and pictures explaining the list red in Endangered Species of St. Bartholomew. We will see a complete inventory of flora and fauna. The ultimate goalwould be to devote one’s own natural history museum in St. Barts but also published a book dedicated to the local native flora.

Do you have partners?

H. Bernier : Yes, Le Toiny supports the association since the beginning and contributes to itsfinancial health. Air France also joined us in 2011: the company supports the travel of scientists who come to Paris to help us. The Le Guanahani also makes us muchservice by offering free accommodation. Similarly for the company that we Turbé Car Rental provides rental cars at lower cost. Many other partners, who will not be cited, weprovide a great help … I thank them.

What are your goals in the longer term?

H. Bernier : We are currently working on writing a book / album, as I already pointed out, will bededicated to St. Barts from 1900 to 2010. He will discuss the island yesterday and today, over pictures and commentary of anecdotes collected from the former. It will be released in December. The profits from the sale will fund a bus that will transport the elderly who wish to relax and break with their daily, attending, for example, festivals and events organized by the Community.

I also hope that our significant contribution in the fields of environment, heritage, cultureand life every day in St. Barth, we will soon become an association of public utility.

Can we say that the association runs parallel major cultural and environmental projectson the island, she introduces them, encourages them, supports them?

H. Bernier : You see, I’m really attached to my island, its identity and its specificities. I hope that my fight to defend it will spare us the sterile uniformity of globalization. My hope is that the soul of St. Bartholomew, and the differences that characterize it, are still longappreciated its inhabitants and tourists who love invariably come back.

That’s why I sincerely hope that we can participate in projects that further theCommunity provides for the island of St. Barts, and we can work together on related topics. So far, the association has essentially placed the finger on sensitive issues andit bothers necessarily leaders who are then obliged to respond and be accountable …Thus some difficult issues have moved forward. In short, you’ll understand that we still have major tasks to be undertaken to make things happen…

What are the appointment not to miss the coming months?

H. Bernier : With the inventory program that began in February 2011 and takes place over three years, four visits per year for twenty days each will be needed to identify the flora and fauna of the island (including one during the wet season and another at the time of Lent). Throughout this period, lectures and field trips, open to the public, will be scheduled. The next meetings will be held from 10 to 30 October 2011 in the presenceof the botanist Claude Sastre.

Do not hesitate to join us in Gustavia at events planned from 26 to 30 October on the occasion of the coming of the Heritage Foundation as part of the year overseas. As aregional representative of the Foundation, I take care of the proper management of this event and I will welcome the personalities who are invited, including Ministers,Senators, Deputies, members of the Conservatoire du Littoral, members of the Directorate of Environment, Physical Planning and Housing, etc..

By early next year, from 14 to 19 January 2012 (schedule to be confirmed), spaceweather in Gustavia, the author Corine Sombrun host a conference on the environmentrather unusual and shamanism …

Dear Helen, thank you for your intervention in the magazine Bon Air. Which wordswould you conclude this interview?

H. Bernier : As time passes and our modest means, I realize the path already taken by the association and its real usefulness. But I know that we still have a lot of work for St. Bartholomew could find a viable balance over time. It will obviously enhance our performance and implement a communication that boast the island, certainly for its beautiful beaches and gastronomy, but also for its specific natural and preserved environment. I am confident that we can draw a parallel between economic activity andsafeguard our environmental heritage, cultural and natural …

The association is becoming increasingly important in Saint Barthelemy. It is also becoming known to the world. All this is now possible thanks to the work and enthusiasm of our many members, the support of our partners and financial donationsfrom the general public that I can not thank enough. And because St. Barth Essentialcan continue to develop sustainably if people engage and mobilize, I encourage a maximum of Guadeloupe, West Indians, French and nationalities to join us …

Thank you to Air Antilles Express and the team to give Bon Air St. Barth Essentialthese pages. Thank you in advance to readers who follow up on them.Merci à Air Antilles Express et à l’équipe du Bon Air d’accorder à Saint-Barth Essentiel ces quelques pages. Merci d’avance aux lecteurs qui y donneront suite.

The association members are expressed…

Delphine (Paris) : I support St. Barth Essential for a year. I am an active adherent, but not being there, I act rather in the shade. I knew the association via Facebook, I got interested then I metHelen on Paris. Affected by the magnitude of his actions, I wanted to support her and make her fight is mine. I consulted for advice, I help in the drafting of relevant documents … In short, I give of my time when needed.

France (Bièvres) : I bring my expertise to the management of collections by leading the working groupwhich I am responsible. I accompanied my husband, Claude, a botanist at the National Museum of Natural History, the botanical excursions, and I participate in the writingfield observations (the ultimate goal being the inventory of the flora of St. Bartholomewand implementation evidence of plant species threatened with extinction). My actionsare part of national projects focused on maintaining the biodiversity of the entirenational territory.

Dr Léonide Célini (Université Paris Est Créteil) : Ecologist, I am convinced that local actions to conserve natural resources to contributeto future generations a planet in better shape. I am therefore very sensitive to the actions that led St. Barth Essential to protect, conserve and promote the heritage of flora and fauna of the island. As the researcher entomologist, I bring my experience by actively participating in various research programs that the association is taking toachieve its objectives.

Saint-Barth Essentiel,
Bienfaitrice par nature ?!

Entre Saint-Barthélemy, les Antilles et Paris, Hélène Bernier ne ménage pas ses efforts… Soutenue par les nombreux membres de son association, portée par de belles et nécessaires convictions, elle se démène pour la préservation de la nature et le maintien de la culture de son île qu’elle chérit tant. Entrevue avec la directrice de Saint-Barth Essentiel, femme de passion et d’action.

 

Hélène, pouvez-vous brièvement nous présenter votre association ?

H. Bernier : Saint-Barth Essentiel a été créée en juin 2009. Elle a pour mission de défendre, transmettre, développer les intérêts historiques, culturels, environnementaux et patrimoniaux de l’île de Saint-Barthélemy par le biais d’actions, d’événements et de divers ateliers de formation et d’information.

Nous sommes six membres récurrents et quelques 90 membres qui souscrivent chaque année à notre cause et nous apportent également main forte.

Je pense notamment à Sylvie qui s’occupe du site web, à Françoise qui est chargée de la rédaction et des démarches officielles, à Nathalie et Christine qui s’investissent davantage dans la partie comptable, à Arlette qui nous aide énormément pour l’histoire (elle est un trésor d’informations et une référence incontestée), à Jean-Philippe qui sait convaincre les gens de nous soutenir et de nous apporter leur contribution financière ou logistique, sans quoi rien ne serait possible… Je les remercie, ainsi que les membres qui se rendent disponibles pour des actions ponctuelles louables, par exemple lors des 4h pour la terre ou des 4h pour nettoyer les abords des routes de l’île (dernièrement, la soixantaine de personnes rassemblées sur le terrain a permis le ramassage de deux tonnes de déchets).
En 2009, pensiez-vous que l’association prendrait un si bel envol ?

H. Bernier : Non, nous n’avions pas du tout imaginé l’ampleur…

Initialement, j’avais simplement créé un groupe sur Facebook dans l’idée de montrer le vrai Saint-Barth, c’est-à-dire sa véritable âme (les cases traditionnelles, les vieux murs de pierres, la flore, la faune…). Les habitants et les personnes qui avaient séjourné sur place suffisamment de temps pour se sentir intimement liées à l’île, se sont alors pris au jeu de publier leurs photos anciennes, partager leurs souvenirs, leurs expériences…

Tout cela nous a mené à organiser des vidéo-projections qui on réuni dès le départ quelques 400 personnes venues pour échanger sur des thématiques variées. Voilà pourquoi nous avons été ensuite contactés par le service social de la Collectivité pour qu’un livre/album répertoriant ces bribes de bonheur soit édité. C’est ainsi que Saint-Barth Essentiel est née.

Puis, très vite, notre rôle s’est intensifié : suite aux dépôts de projets immobiliers de grande échelle auprès de la Collectivité, nous avons mobilisé toute notre énergie pour la sauvegarde de notre île. Grâce au soutien indéfectible de tous les membres de l’association, des pétitions ont été signées, permettant d’enrayer les desseins d’urbanisme qui allaient détruire les zones naturelles de l’île. Cette étape nous a obligé à nous renseigner sur les espèces endémiques qu’il était vraiment indispensable de sauvegarder et c’est ainsi que nous avons initié dans la foulée le vaste programme d’inventaire de la faune et flore locales en collaboration avec des scientifiques renommés du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Quels sont les projets notoires qui ont, ou qui vont, développer la notoriété de votre association ?

H. Bernier : Grâce à l’implication assidue et grandissante de nos membres, la plupart de nos actions sont couronnées de succès.

Je porte une attention toute particulière à la pétition pour la préservation des zones naturelles, qui est à l’heure actuelle notre plus belle réussite. En effet, malgré les obligations légales en matière de pétition des électeurs, le Président du Conseil Territorial a laissé aller les choses. Et ce n’est que suite à une action devant le Tribunal Administratif que la situation a avancé en notre faveur…

Je suis aussi comblée qu’on puisse mettre en place, sur les trois prochaines années, un protocole de travail avec les meilleurs spécialistes de l’arc antillais pour concrétiser la réalisation d’un herbier renforcé d’annexes photos et de fiches expliquant la liste rouge des espèces menacées de Saint-Barthélemy. S’en suivra un inventaire floristique et faunistique complet. Le but ultime serait de consacrer un muséum d’histoire naturel propre à Saint-Barth mais aussi de publier un livre dédié à la flore indigène locale.

Avez-vous des partenaires ?

H. Bernier : Oui, l’hôtel Le Toiny soutient l’association depuis le début et contribue à sa bonne santé financière. Air France nous a également rejoint en 2011 : la compagnie prend en charge le voyage des scientifiques qui viennent de Paris pour nous aider. L’hôtel Le Guanahani aussi nous rend énormément service en proposant des hébergements gratuits. De même pour la société Turbé Car Rental qui nous procure des voitures en location à moindre coût. Beaucoup d’autres partenaires, qui ne veulent pas être cités, nous apportent une grande aide… Qu’ils en soient remerciés.

Quels sont vos objectifs à plus ou moins long terme ?

H. Bernier : Nous travaillons en ce moment à la rédaction d’un livre/album qui, comme je l’ai déjà souligné, sera dédié à Saint-Barth de 1900 à 2010. Il évoquera l’île d’hier à aujourd’hui, au fil de photos commentées et d’anecdotes collectées auprès des anciens. Il sortira en décembre. Les bénéfices de la vente serviront à financer un bus qui pourra transporter les personnes âgées qui souhaiteraient se détendre et rompre avec leur quotidien, en assistant, par exemple, aux fêtes et aux manifestations organisées par la Collectivité.

J’espère aussi grandement que notre contribution dans les domaines de l’environnement, du patrimoine, de la culture et de la vie de tous les jours à Saint-Barth, nous permettra de devenir bientôt une association reconnue d’utilité publique.

Peut-on dire que l’association s’inscrit en parallèle des grands projets culturels et environnementaux de l’île, qu’elle les initie, les encourage, les soutient ?

H. Bernier : Voyez-vous, je suis vraiment attachée à mon île, à son identité et à ses spécificités. J’espère donc que mon combat pour la défendre pourra nous épargner l’uniformisation stérilisante de la mondialisation. Mon souhait, c’est que l’âme de Saint-Barthélemy, ainsi que les différences qui la caractérisent, demeurent encore longtemps appréciées de ses habitants et de ses touristes qui aiment invariablement y revenir.

Voilà aussi pourquoi je souhaite sincèrement que nous puissions davantage participer aux projets que la Collectivité prévoit pour l’île de Saint-Barthélemy, et que nous puissions travailler ensemble sur des sujets complémentaires. Jusqu’ici, l’association a essentiellement posé le doigt sur des sujets sensibles et cela dérange forcement les dirigeants qui se voient alors dans l’obligation de réagir et rendre des comptes… C’est ainsi que certains dossiers épineux ont pu avancer. Bref, vous l’aurez compris, il nous reste encore de grandes missions à accomplir pour faire bouger les choses…

Quels sont les rendez-vous à ne pas manquer les mois prochains ?

H. Bernier : Avec le programme inventaire qui a débuté en février 2011 et qui se déroule sur trois ans, quatre séjours par an d’une vingtaine de jours chacun seront nécessaires pour répertorier la faune et la flore de l’île (notamment un pendant la saison humide et un autre à l’époque du carême). Durant toute cette période, des conférences et des sorties sur le terrain, ouvertes au grand public, seront programmées. Les prochaines rencontres se dérouleront du 10 au 30 octobre 2011 en présence du botaniste Claude Sastre.

N’hésitez pas non plus à nous rejoindre à Gustavia lors des manifestations planifiées du 26 au 30 octobre à l’occasion de la venue de la Fondation du Patrimoine dans le cadre de l’année de l’outre-mer. En tant que déléguée régionale de la Fondation, je m’occupe de la bonne gestion de cet événement et j’accueillerai les personnalités qui y sont conviées, dont Ministres, Sénateurs, Députés, membres du Conservatoire du Littoral, membres de la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, etc.

En début d’année prochaine, du 14 au 19 janvier 2012 (horaire restant à confirmer), à l’espace météo de Gustavia, l’auteur Corine Sombrun animera une conférence peu banale sur l’environnement et le chamanisme…

Chère Hélène, nous vous remercions de votre intervention dans le magazine Bon Air.  Sur quels mots aimeriez-vous conclure cette interview ?

H. Bernier : Au fil du temps qui passe et de nos modestes moyens, je me rends compte du chemin déjà parcouru par l’association et de sa réelle utilité. Mais je sais que nous avons encore énormément de travail pour que Saint-Barthélemy puisse trouver un équilibre viable sur la durée. Il faudra évidemment valoriser nos résultats et mettre en place une communication qui vantera l’île, certes pour ses belles plages et sa gastronomie, mais aussi pour ses spécificités naturelles et son environnement préservé. Je suis persuadée que nous pouvons mettre en parallèle l’activité économique et la sauvegarde de notre patrimoine environnemental, culturel et naturel…

L’association prend de plus en plus d’ampleur à Saint-Barthélemy. Elle commence aussi à être connue à l’internationale. Tout ceci est aujourd’hui possible grâce au travail et à l’enthousiasme de nos nombreux membres, au soutien de nos partenaires et aux dons financiers du grand public que je ne saurais assez remercier. Et, parce que Saint-Barth Essentiel ne pourra continuer à évoluer durablement que si les individus s’engagent et se mobilisent, j’encourage un maximum de Guadeloupéens, d’Antillais, de Français et de nationalités diverses à nous rejoindre…

Merci à Air Antilles Express et à l’équipe du Bon Air d’accorder à Saint-Barth Essentiel ces quelques pages. Merci d’avance aux lecteurs qui y donneront suite.

Les membres de l’association s’expriment…

Delphine (Paris) : Je soutiens Saint-Barth Essentiel depuis un an. Je suis une adhérente active, mais n’étant pas sur place, j’agis plutôt dans l’ombre. J’ai connu l’association via Facebook, je m’y suis intéressée puis j’ai rencontré Hélène sur Paris. Touchée par l’ampleur de ses actions, j’ai tenu à la soutenir et à faire de son combat le mien aussi. Je suis consultée pour des avis, j’aide à la rédaction de documents utiles… Bref, je donne de mon temps lorsque cela est nécessaire.

France (Bièvres) : J’apporte mon savoir-faire pour la gestion des collections en animant le groupe de travail dont j’ai la responsabilité. J’accompagne mon mari, Claude, botaniste au Muséum National d’Histoire Naturelle, aux excursions botaniques, je participe ainsi à la rédaction des observations de terrain (le but final étant l’inventaire de la flore de Saint-Barthélemy et la mise en évidence d’espèces végétales menacées de disparition). Mes actions entrent dans le cadre de programmes nationaux portant sur le maintien de l’intégralité de la biodiversité sur le territoire national.

Dr Léonide Célini (Université Paris Est Créteil) : Ecologiste, je suis convaincue que des actions locales pour préserver les ressources naturelles contribuent à transmettre aux générations futures une planète en meilleur état. Je suis donc très sensible aux actions que mène Saint-Barth Essentiel pour protéger, conserver et valoriser le patrimoine faunistique et floristique de l’île. En ma qualité de chercheur entomologiste, je lui apporte mon expérience en participant activement à différents programmes de recherches que l’association met en place pour atteindre ses objectifs.