INVENTAIRE DE LA FLORE : LES RESULTATS

INVENTAIRE DE LA FLORE : LES RESULTATS

De 2011 à 2014, l’association a dirigé un programme d’inventaires de la faune et de la flore qui a constitué le plus important investissement de l’association depuis sa création, tant en terme budgétaire qu’au plan humain. A cette occasion, trois inventaires ont été lancés :

  1. Un inventaire de la flore vasculaire sauvage en collaboration avec le Pr Sastre, membre honoraire du Muséum National d’Histoire Naturelle.
  2. Un inventaire des fourmis et des termites mené en collaboration avec le Dr Léonide Celini, entomologiste retraitée de l’université Paris Est-Créteil.
  3. Un inventaire des araignées piloté par le Dr Patrick Maréchal, ancien chercheur attaché au MNHN et fondateur de l’Institut Caribéen pour la Nature et la Culture.

Dans ce programme, l’inventaire de la flore vasculaire sauvage a constitué une priorité du programme d’inventaires de la faune & de la flore de Saint-Barthélemy :

  • Parce que la flore occupe une place essentielle dans les différents niveaux d’organisation de la biodiversité : les espèces végétales sont en effet des producteurs primaires de la quasi totalité des écosystèmes terrestres
  • Parce que l’inventaire de la flore et les conclusions qui en découlent constituent un outil juridique essentiel dans les politiques de protection et d’aménagement du territoire.

 

TROIS ANS DE TRAVAIL

L’inventaire s’est déroulé sur 3 ans, entre octobre 2011 et mars 2014, nécessitant deux missions de terrain annuelles : l’une à la saison humide, l’autre durant la période de Carême afin d’analyser la flore sous ses différents aspects (époque de floraison, fructification variables suivant les espèces). Soit huit campagnes terrain menées d’octobre 2011 à mars 2014 qui ont donné lieu à 65 sondages.

L’inventaire a donné lieu à plusieurs types de travaux :

  • Un inventaire en format Excel de la flore vasculaire (plante en fleurs & fougères) sauvage (non cultivée)
  • Un inventaire en format Excel de la flore indigène (flore originelle, objet des listes rouges)
  • Une carte de localisation de la flore indigène à partir des images satellite de l’IGN.
  • Un herbier de référence qui comptait 1008 parts (collections) provenant de 376 espèces issues de 86 familles botaniques au 31 mai 2014..

 

PREMIERS RÉSULTATS

Sur ce territoire de 21km², 391 espèces de plantes vasculaires ont été inventoriées, soit une vingtaine d’espèces au km². Parmi elles :

  • 298 sont réputées indigènes et appartiennent à 84 familles botaniques
  • 32 sont « supernaturalisées » ou échappées de jardin (initialement cultivées)
  • 69 sont véritablement exogènes
  • 7 ont un indigénat à confirmer
  • 76 n’avaient jamais été citées pour Saint-Barthélemy
  • 22 présentaient une détermination à confirmer

 

DEVENIR DE L’INVENTAIRE

Les résultats de l’inventaire ont été transmis dans leur intégralité à l’Agence territoriale de l’environnement avec laquelle l’association a passé une convention de partenariat à l’automne 2013.

Ces résultats serviront à compléter et étayer la LISTE DES ESPÈCES VÉGÉTALES À PROTÉGER (notamment du défrichement) intégrée au code de l’Environnement.

Ils servent également de socle à la réalisation d’une LISTE ROUGE DES ESPÈCES VÉGÉTALES MENACÉES DE SAINT-BARTHÉLEMY sur la base des critères UICN adaptés au territoire que l’Agence de l’environnement est en train de réaliser.

 

LIRE ICI LA NOTICE EXPLICATIVE AU TABLEAU ET À LA CARTE DE LOCALISATION DE LA FLORE INDIGÈNE DE SAINT-BARTHÉLEMY